Alexa d’Amazon jouera la voix des morts

Amazon développe une technologie basée sur Intelligence Artificielle (IA) qui récupère la voix des personnes décédées et les reproduit grâce à son assistant virtuel, Alexa.

La société a publié ce travail lors de la conférence concernant :MARSun événement dédié à l’apprentissage automatique (machine learning) et à l’automatisation, où il en a exposé une démonstration.

La personne chargée de le faire connaître a été l’ingénieur principal Rohit Prasad, qui a assuré que « l’une des choses les plus surprenantes à propos de Alexa C’est la relation de partenariat que nous entretenons avec elle.

Prasad a insisté sur le fait que « dans cette relation de fraternité, les attributs humains d’empathie et d’affection sont essentiels pour instaurer la confiance » et qu’ils sont devenus pertinents à la suite de la pandémie.

« Beaucoup d’entre nous ont perdu un être cher, et bien que l’IA ne puisse pas enlever la douleur de la perte, elle peut faire vivre leurs souvenirs », a-t-il déclaré.

Ainsi, vous avez exposé un cas dans lequel un enfant qui demande Alexa si sa grand-mère peut finir de lui lire « Le Magicien d’Oz ». Après avoir reçu le « Okey » de l’assistant, vous pouvez entendre la narration d’une partie de ce livre avec une voix féminine différente.

Le directeur a souligné que cette invention a exigé que les développeurs de amazone apprendre à « produire une voix de haute qualité avec moins d’une minute d’enregistrement contre des heures d’enregistrement en studio. Et il a prévu que, pour y travailler, ils se sont concentrés sur cette compétence en tant que tâche de conversion vocale au lieu de générer cette voix.

Prasad n’a pas indiqué quand cette technologie sera disponible, bien qu’il ait insisté sur le fait que, pour le moment, l’entreprise y travaille.

Ce n’est pas la première fois qu’une grande entreprise travaille sur un système de ces caractéristiques afin que les utilisateurs puissent discuter avec des personnes décédées. Microsoft a par exemple déposé l’an dernier un brevet destiné à créer des chatbots qui permettraient d’établir ces conversations, à partir de contenus constitués d’images, d’enregistrements vocaux ou de posts sur les réseaux sociaux.

Après avoir été impliqué dans une polémique et après avoir reçu des critiques disant que ce système était « dérangeant », microsoft a confirmé qu’elle n’envisageait pas de fabriquer ce produit.

A lire également