Concevoir une application mobile qui recense en temps réel l'activité de pêche des navires

Concevoir une application mobile qui recense en temps réel l’activité de pêche des navires

Crédit : Pixabay/CC0 Domaine public

Une équipe multidisciplinaire composée d’experts de l’Université de Huelva, de l’Université Miguel Hernández et de l’Institut espagnol d’océanographie (IEO) a conçu un système intégré innovant de surveillance de l’activité de pêche basé sur l’utilisation de capteurs généralement installés dans un smartphone pour détecter dans en temps réel, et selon le mouvement du navire, quel type d’activité de pêche est pratiquée à bord. Ces informations sont pertinentes dans le secteur de la pêche pour estimer la quantité de poisson dans une zone spécifique de la mer et calculer les captures.

La nouveauté de cette application à faible coût est sa facilité d’installation dans n’importe quel appareil mobile et la transmission rapide des données en temps réel, en moins d’une seconde. En outre, comme le rapporte l’étude intitulée « Le navire pêche-t-il ? Discrimination de l’activité de pêche avec des appareils mobiles intelligents à faible coût grâce à des approches traditionnelles et heuristiques », publiée dans la revue Systèmes experts avec applicationscet outil permet de déterminer avec une grande précision où se trouve le navire, quelle que soit sa taille, et combien de temps il passe à pêcher.

Cette application mobile, appelée FAMIS, fournit des informations instantanées sur la phase de travail d’un navire. À cet égard, le temps qu’un navire passe à pêcher est un facteur déterminant pour évaluer l’effort de pêche, c’est-à-dire pour calculer la quantité de captures dans une zone particulière et la quantité de poisson qui peut être présente à cet endroit à ce moment précis.

Les systèmes actuels de surveillance des navires de pêche indiquent la position des bateaux sur un intervalle de temps plus long (environ au moins toutes les trois minutes), nécessitent une installation préalable sur le pont du navire et sont contrôlés par les autorités de pêche compétentes.

Ce sont des systèmes de suivi similaires au GPS qui envoient un signal pour atterrir. « Cet outil nous permet de connaître la position d’un bateau, mais pendant son séjour en mer on ne sait pas combien de temps il a passé à jeter les filets, à pêcher et à ramasser tout le matériel. L’application FAMIS va plus loin et permet d’identifier à partir du mouvement du navire quelle manœuvre de pêche il effectue à tout moment », a déclaré à Fundación Descubre Juan Carlos Gutiérrez Estrada, chercheur à l’Université de Huelva et l’un des auteurs de cette étude.

Les experts, spécialisés en informatique, biologie et sciences marines, ont appliqué ce système car les smartphones et les tablettes embarquent des capteurs intégrés qui permettent d’identifier le mouvement du navire à partir des données qu’ils enregistrent. « Selon le type de manœuvre (si le bateau accélère, tangue, roule, etc.), le navire a un mouvement caractéristique qui se reflète dans l’accéléromètre. Ils permettent également de savoir si le navire jette son filet, pêche ou récupérer son équipement », explique Gutiérrez Estrada.

L’intelligence artificielle à bord

Ce système, qui envoie des informations dès que le téléphone mobile est posé sur le pont du bateau, a été testé à l’aide de différentes méthodes statistiques et de modèles d’intelligence artificielle basés sur des réseaux de neurones artificiels et des machines à vecteurs supports. L’application affiche numériquement et graphiquement sur son écran toutes les informations captées par les différents capteurs : GPS, accéléromètre, gyroscope et champ magnétique. Le modèle le plus efficace sera intégré à l’application et fournira des informations sur l’activité que le bateau effectue en temps réel.

Pour démontrer l’utilité de ces capteurs, des tests ont été effectués depuis le navire océanographique Miguel Oliver lors d’un de ses voyages. Ce navire de 70 mètres de long et 12 mètres de large est équipé d’équipements technologiques pour la navigation et pour la pêche et la recherche océanographique. « Ce bateau permet d’enregistrer quatre à six traits de filet par jour, et d’obtenir des données dans des conditions très défavorables, compte tenu de son grand déplacement et des caractéristiques légères des engins de pêche utilisés pour l’échantillonnage », explique le co-auteur de cette étude. .

Selon les experts, le modèle peut être utilisé avec n’importe quel type de navire, car il peut être calibré et adapté pour une utilisation sur de petits bateaux. « Le principal avantage de cette application pour l’industrie de la pêche est sa capacité à compter l’effort de pêche, un paramètre fondamental pour estimer l’abondance relative des poissons dans la mer », explique Gutiérrez Estrada.


Fourni par Fundación Descubre

A lire également