L'attitude envers la nouvelle technologie et ses préoccupations

L’attitude envers la nouvelle technologie et ses préoccupations

Dans une nouvelle étude, les chercheurs mettent en évidence les facteurs socioculturels qui sous-tendent la préoccupation des membres de la génération Z du monde entier envers l’IA émotionnelle et à quel point elle est acceptable pour eux. Crédit : Université Ritsumeikan Asie-Pacifique

L’IA est omniprésente dans la technologie. Pourtant, il lui manquait une caractéristique cruciale : la capacité d’engager les émotions humaines.

Cela change cependant. Les algorithmes capables de détecter les émotions humaines et d’interagir avec elles deviennent rapidement courants à mesure qu’ils sont intégrés dans les systèmes existants. Connue sous le nom d' »IA émotionnelle », la nouvelle technologie réalise cet exploit grâce à un processus appelé « collecte de données non conscientes » (NCDC), dans lequel l’algorithme collecte des données sur le rythme cardiaque et respiratoire de l’utilisateur, les tonalités de la voix, les expressions micro-faciales, gestes, etc. pour analyser leurs humeurs et personnaliser sa réponse en conséquence.

Cependant, la nature non réglementée de cette technologie a soulevé de nombreuses préoccupations en matière d’éthique et de confidentialité. En particulier, il est important de connaître l’attitude du plus grand groupe démographique actuel envers le NCDC, à savoir la génération Z (Gen Z). Représentant 36 % de la main-d’œuvre mondiale, la génération Z est probablement la plus exposée à l’IA émotionnelle. De plus, les algorithmes d’IA sont rarement calibrés pour les différences socioculturelles, ce qui rend leur mise en œuvre d’autant plus préoccupante.

Dans une nouvelle étude mise en ligne le 9 juin 2022 et publiée dans le tome 70 de La technologie dans la société le 22 juin 2022, une équipe de chercheurs, dont le professeur Peter Mantello et le professeur Nader Ghotbi de l’Université Ritsumeikan Asia Pacific, au Japon, s’est efforcée de découvrir les facteurs régissant la réponse de la génération Z à l’IA émotionnelle. « Le NCDC représente un nouveau développement dans les relations homme-machine et est beaucoup plus invasif que les technologies d’IA précédentes. À la lumière de cela, il est urgent de mieux comprendre leur impact et leur acceptation parmi les membres de la génération Z », déclare le professeur. Mantello.

L’équipe a interrogé 1 015 répondants de la génération Z dans 48 pays et huit régions du monde. Les participants ont été interrogés sur leurs attitudes envers le NCDC, utilisé à la fois par les acteurs commerciaux et étatiques. Ils ont ensuite utilisé une analyse bayésienne à plusieurs niveaux pour contrôler les variables et observer l’effet de chaque variable à la fois.

L’équipe a constaté que, dans l’ensemble, plus de 50 % des personnes interrogées étaient préoccupées par l’utilisation du NCDC. Cependant, l’attitude variait en fonction du sexe, du revenu, du niveau d’éducation et de la religion.

« Nous avons constaté qu’être un homme et avoir un revenu élevé étaient tous deux corrélés avec une attitude positive à l’égard de l’acceptation du NCDC. De plus, les chefs d’entreprise étaient plus susceptibles d’être plus tolérants envers le NCDC », explique le professeur Ghotbi. Des facteurs culturels, tels que la région et la religion, ont également eu un impact, des personnes d’Asie du Sud-Est, des musulmans et des chrétiens se déclarant préoccupés par le NCDC.

« Notre étude démontre clairement que les facteurs socioculturels ont un impact profond sur l’acceptation des nouvelles technologies. Cela signifie que les théories basées sur le modèle traditionnel d’acceptation des technologies de Davis, qui ne tiennent pas compte de ces facteurs, doivent être modifiées », explique le professeur Mantello.

L’étude a abordé cette question en proposant une approche basée sur un modèle « esprit-éponge » qui tient compte des facteurs socioculturels dans l’évaluation de l’acceptation de la technologie de l’IA. En outre, il a également suggéré une compréhension approfondie des risques potentiels de la technologie pour permettre une gouvernance efficace et une conception éthique. « Des initiatives de sensibilisation du public sont nécessaires pour sensibiliser la population aux implications éthiques du NCDC. Ces initiatives doivent tenir compte des différences démographiques et culturelles pour réussir », explique le Dr Nguyen.

Dans l’ensemble, l’étude met en évidence la mesure dans laquelle les technologies d’IA émotionnelle et de NCDC sont déjà déployées et les compromis en matière de confidentialité qu’elles impliquent pour la jeune génération. Il est donc urgent de s’assurer que ces technologies servent bien les individus et les sociétés.


Fourni par APU

A lire également